Quand l’humain est au cœur des services et des soins de santé

mercredi 22 janvier 2020

Les parents de la petite Raphaëlle constatent l’impact des dons qu’ils font à la Fondation du CHUS depuis plusieurs années.



La nouvelle de la naissance prochaine d’un enfant est un moment de bonheur incomparable que plusieurs couples espèrent vivre au cours de leur vie. Commence alors la recherche d’un prénom, la préparation d’un nid douillet dans lequel on lovera cette petite boule d’amour que l’on souhaite en santé et pour laquelle on a déjà en tête des tonnes de projets d’avenir. Ce récit parfait, tous les parents en rêvent, mais il arrive que le scénario réel diffère de celui tant imaginé, même si l’histoire se termine bien. Dans ces situations, la qualité et l’humanité du service et des soins font une immense différence. Dannyka Routhier et Nicolas Hinse, deux donateurs fidèles à la Fondation du CHUS, en ont fait l’expérience. 

Leur petite Raphaëlle est née à l’Hôpital Fleurimont le 31 mai 2017. Alors qu’elle atteint l’âge d’un an, Dannyka et Nicolas se questionnent sur sa capacité à marcher. La situation inquiète le couple, mais celui-ci est rassuré d’avoir une pédiatre vers qui se tourner. Ils ont en effet rencontré la Dre Sophie Laflamme quelques heures après l’accouchement, et sachant que le couple n’avait pas de médecin de famille, elle avait accepté d’effectuer le suivi médical de la petite Raphaëlle. Après consultation, la Dre Laflamme constate que l’enfant semble avoir un retard au niveau de son développement moteur et la réfère rapidement en neuropédiatrie. 

Compte tenu du nombre de patients en attente, Dannyka et Nicolas craignent devoir s’armer de patience. À leur grand étonnement, à peine quelques semaines plus tard, le CHUS leur propose un rendez-vous dans les jours suivants avec la neurologue Dre Hélène Dubreuil. La petite Raphaëlle passe rapidement plusieurs examens et les parents ont de nombreuses rencontres médicales. Dans l’attente des résultats pouvant expliquer la condition de leur fille, Dannyka et Nicolas demeurent positifs et se considèrent privilégiés d’avoir accès à des services médicaux près de chez eux et d’une aussi grande qualité. « Chaque fois que nous franchissions les portes de l’hôpital, rapporte la jeune mère, nous étions accueillis chaleureusement et nous recevions toute l’écoute dont nous avions besoin en pareille circonstance. » 

Un beau matin d’été, Dannyka et Nicolas reçoivent le résultat : leur petite est en parfaite santé, mais devra composer toute sa vie avec une hyperlaxité des articulations. Malgré cette condition particulière, la petite peut à présent marcher, courir et ses parents peuvent, quant à eux, dormir l’esprit tranquille. 

« Nous sommes infiniment reconnaissants envers tout le personnel médical pour les soins prodigués à Raphaëlle ainsi que pour les suivis empreints d’humanité auxquels nous avons eu droit, ajoute Dannyka. » C'est grâce, entre autres, à des dons tels que ceux effectués par Dannyka et Nicolas à la Fondation du CHUS que l’Hôpital Fleurimont et l’Hôtel-Dieu de Sherbrooke, deux installations du CIUSSS de l’Estrie – CHUS, peuvent offrir des services et des soins de santé d’aussi grande qualité. 


<< Retour à la liste des nouvelles